The Who - forum francophone

Forum de discussion sur le groupe The Who
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Couverture médiatique de Endless Wire en France

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Ronan

avatar

Nombre de messages : 983
Age : 51
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Couverture médiatique de Endless Wire en France   Jeu 16 Nov - 0:41

Les inrockuptibles N°572 du 14 au 20 novembre.
Chronique de Endless Wire avec une photo promo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ronan

avatar

Nombre de messages : 983
Age : 51
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Couverture médiatique de Endless Wire en France   Sam 25 Nov - 9:51

Le nouveau numéro de Rolling Stones vient de sortir et devinez quoi!!!!
ce n'est pas les WHO en couverture!!! nous sommes vraiment à la traine ici.....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ronan

avatar

Nombre de messages : 983
Age : 51
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Couverture médiatique de Endless Wire en France   Jeu 14 Déc - 11:46

Guitar Collector N° 49 avec une dizaine de pages sur l' historique du groupe avec en autre des photos de la fête de l'humanité 72 prise par Christian Rose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc

avatar

Nombre de messages : 1567
Age : 61
Localisation : Somme
Date d'inscription : 09/07/2006

MessageSujet: Re: Couverture médiatique de Endless Wire en France   Mar 26 Déc - 3:55

Il manquait un petit bout... Le voici.


Qu’attend-on des Who en 2006 ? Rien. Après tout, l’un des plus spectaculaires groupes de l’histoire du rock n’a pas sorti de disque depuis 1982 et pas un décent depuis plus de trente ans. C’est dire si l’on a appris à se passer de Pete Townshend and Co. au présent. Et pourtant, l’annonce d’un nouvel album, de par sa rareté et sa non-nécessité (commerciale ou autre), excite drôlement. Parce que Townshend demeure l’un des plus brillants auteurs de la pop britannique, perpétuellement déchiré entre son exigence, sa pensée complexe, son esprit visionnaire et sa compréhension d’un art (le rock’n’roll), dont la force principale réside dans la simplicité et l’émotion. Il est, par ailleurs, par sa science unique du riff dévastateur, toujours le plus furieux des guitaristes vivants. Quant à Roger Daltrey, son timbre puissant et évocateur est associé à jamais à quelques-unes des plages les plus emblématiques du rock anglais (de My generation à Behind blue eyes). Alors forcément, on est curieux de voir ce que ces deux-là réunis peuvent encore donner en studio. On savait également que la mort de John Entwistle, vingt-cinq ans après la disparition de Keith Moon, avait rapproché les deux survivants. Peut-être même stimulés.
Endless Wire débute avec le curieusement intitulé Fragments. Comme si Townshend annonçait la couleur : musicalement, avec les Who, tout a été dit. Et de fait, le morceau attaque avec un motif de synthé singeant la classique intro de Baba O’Riley pour ensuite évoquer, de loin, des grands moments des Who d’antan. A la manière de ces prégénériques de séries qui résument arbitrairement les épisodes précédents. On est dérouté, un peu déçu, avec le sentiment frustrant d’avoir affaire à un projet à la fois surproduit et inabouti. Et puis, juste derrière, tout s’éclaircit. Man in a purple dress est du Who pur jus, une ballade acoustique et mélodramatique sur laquelle un Daltrey prodigieux crache le venin de Townshend sur les autorités morales de son pays. L’album alterne ensuite des titres qui renouent, parfois maladroitement mais toujours énergiquement, avec l’emphase et l’urgence du début des seventies (Black Widow’s Eyes, It’s not enough) et des chansons plus sombres et introspectives chantées par un Townshend émouvant (le beau God speaks of Marty Robbins ou le poignant You stand by me).
Si l’album démarre sur un insatisfaisant clin d’œil au passé, il s’achève par un retour au genre dont Townshend s’est fait le champion dès A quick one, en 1966 : le mini-opéra. Wire & glass, avec sa trame trop compliquée, est constitué d’une dizaines de saynètes (deux minutes de moyenne), d’une formidable vitalité. On regrette juste qu’elles soient si brutalement enchaînées. Townshend et Daltrey ne pourront jamais pallier l’absence de la monumentale épine dorsale Moon/Entwistle. Mais Endless Wire, malgré ses défauts, est assurément ce qu’ils ont enregistré de mieux depuis longtemps.
Hugo Cassavetti
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Marc

avatar

Nombre de messages : 1567
Age : 61
Localisation : Somme
Date d'inscription : 09/07/2006

MessageSujet: Re: Couverture médiatique de Endless Wire en France   Sam 6 Jan - 4:49

Dans "Marianne" n° 504 du 16 au 22 décembre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ronan

avatar

Nombre de messages : 983
Age : 51
Localisation : Région parisienne
Date d'inscription : 17/04/2006

MessageSujet: Re: Couverture médiatique de Endless Wire en France   Sam 6 Jan - 6:05

Merci!!!! ça va faire un beau press book tous ces articles!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Couverture médiatique de Endless Wire en France   

Revenir en haut Aller en bas
 
Couverture médiatique de Endless Wire en France
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» [INFO] Bill & Tom en couverture de Vogue Italie d'octobre (photoshoot + vidéo)
» Couverture en laine
» Nicko en couverture Batterie Magazine N°68 Mai/Juin 2010
» couverture du parisien ce matin
» modèles couverture

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
The Who - forum francophone :: The Who :: Les Who de 1979 à aujourd'hui-
Sauter vers: